Une salariée a-t-elle droit à des absences liées à sa grossesse ?

Une salariée enceinte a le droit de bénéficier de certains privilèges. Et parmi les droits légaux dont peut profiter une salariée enceinte, il y a le droit à l’autorisation d’absence avant et après l’arrivée du bébé. Si elle bénéficie d’une procréation médicale assistée, elle a tout à fait le droit de bénéficier de cet avantage.

Salariée enceinte : absences autorisées par le Code du travail

Pendant sa grossesse, une salariée enceinte a le droit de s’absenter durant les heures de travail. Durant cette période, il se peut que vous ayez besoin de vous rendre chez un médecin pour des rendez-vous médicaux obligatoires ou des analyses. Ce droit vous est tout à fait accordé. Cette autorisation est valable que vous soyez en CDD ou en CDI.

Parmi ces rendez-vous médicaux obligatoires, il y a :

  • le premier examen avant la fin du 3e mois de grossesse ou l’échographie de la datation.
  • Les examens à partir du 4e mois et jusqu’à l’accouchement
  • L’entretien prénatal précoce au cours du 4e mois (après la déclaration de votre grossesse).

Ce dernier examen permet d’évaluer les besoins de la femme en termes d’accompagnement au cours de la grossesse.

Les conditions à prendre en compte

Afin que vous puissiez bénéficier de ces autorisations d’absence, vous devez prendre en considération quelques critères. L’état de votre grossesse doit avoir été médicalement attesté. Pour cela, vous devez remettre un certificat médical qui prouve que vous êtes enceinte de votre employeur.

Une fois que vous avez informé votre employeur de l’état de votre grossesse, vous avez tout à fait le droit de vous absenter de l’entreprise afin de vous rendre aux 7 examens médicaux obligatoires. Sachez que votre employeur n’est pas en mesure de vous refuser ce privilège. Il est cependant important de préciser que l’employeur a le droit de vous demander des pièces justificatives. Vous devez donc lui présenter un justificatif de votre absence.

A lire également  Alcool au travail : ce qu’il faut retenir sur le sujet ?

Les dispositions conventionnelles

En plus de l’autorisation d’absence, vous pouvez également bénéficier d’une réduction de la durée de votre travail. Ces absences sont prévues par des dispositions conventionnelles. Grâce à ces dispositions conventionnelles, une salariée qui attend un bébé est en mesure de sortir plus tôt ou d’arriver plus tard au travail. Elle a même le droit de prendre des pauses.

Il y a également le congé de maternité qui commence à la fin de la grossesse. La durée de ce congé varie en fonction du nombre d’enfants à naître. Si vous attendez un seul ou deux enfants, vous avez droit à 16 semaines de congés. Pour celles qui attendent des jumeaux, elles ont droit à 34 semaines de congé et 46 semaines pour celles qui attendent des triplés. Afin que vous puissiez bénéficier de cet avantage, on vous recommande de vérifier les dispositions conventionnelles applicables à votre entreprise.

Salaire pendant votre congé de maternité

Durant votre congé de maternité, votre employeur n’est pas obligé de maintenir votre salaire. Par contre, il est obligé de remettre des indemnités journalières de Sécurité sociale. Ces indemnités sont équivalentes à votre rémunération à condition que cette dernière soit inférieure au plafond mensuel de la Sécurité sociale. Grâce aux conventions collectives, il est tout à fait possible de maintenir la totalité de votre salaire.

C’est à votre employeur d’avancer le montant. Ensuite, il sera remboursé par la Sécurité Sociale. Si vous avez besoin d’aide pour calculer vos indemnités journalières, rien ne vous empêche de visiter des sites professionnels afin de réaliser des simulations. Sachez que votre employeur est obligé d’établir une attestation de salaire et de la transmettre à la caisse d’Assurance maladie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*