Comment fixer la rémunération d’un salarié ?

Quand on embauche un salarié, il faut obligatoirement penser à fixer le salaire. Pour cela, vous, en tant qu’employeur, devez avoir une idée des habitudes dans votre secteur d’activité. D’autres points doivent également être pris en considération. Alors, comment fixer le salaire d’un employé.

Comment définir le montant d’un salaire et quels sont ses composants ?

Il est à noter qu’il est tout à fait possible que le salaire soit fixé entre le salarié et l’employeur. Cependant, il faut que cela se fasse dans le respect total du principe de la liberté contractuelle. Il est également important de préciser que vous, en tant qu’employeur, devez respecter le salaire minimum ainsi que les règles qui s’appliquent aux heures supplémentaires. En d’autres termes, vous ne devez pas pratiquer un montant en dessous du Smic. Donc, si vous et votre salarié avez convenu un montant, après négociation, il faut que cela soit mentionné dans le contrat d’embauche avec les signatures des deux parties.

Vous devez également savoir que la rémunération d’un salarié est composée de différents éléments. Il y a notamment le salaire de base ainsi que les compléments de salaire. La base est celle que le salarié gagne en échange de son travail. En ce qui concerne les compléments, ce sont les avantages en dehors du salaire de base. Par exemple, les heures supplémentaires et les avantages en nature comme la nourriture, le logement, les pourboires, etc.

Comment définir le salaire de base ?

Outre la possibilité d’un accord entre l’employeur et le salarié, le salaire est généralement fixé par l’employeur. Cela peut également dépendre du barème d’entreprise, des usages, des directives qui doivent tout simplement respecter les règles légales et conventionnelles. Il existe différentes méthodes pour fixer le salaire de base. Il y a entre autres la rémunération au forfait, la rémunération au rendement et bien entendu le Smic.

A lire également  Comment financer une reprise d'entreprise ?

Vous êtes donc en mesure de fixer le montant du salaire de base en tenant en compte ces différents points. Le principe est simple, « à salaire égal, travail égal ». Le Smic est également la référence parfaite pour définir la rémunération d’un employé. Cela peut connaître quelques variations selon la catégorie et la fonction de l’employé.

Les mentions obligatoires dans le bulletin de paie

L’employeur a l’obligation de donner un bulletin de paie à chacun de ses salariés. Cela peut être donné en main propre, par courrier ou même par mail. Attention, si vous ne délivrez pas ce bulletin de paie, vous pouvez être condamné au paiement de dommages-intérêts ainsi qu’une amende pénale.

Dans ce document, il doit être mentionné :

  • Le nom et l’adresse de la société.
  • La référence de l’organisme de versement des cotisations sociales.
  • La convention collective.
  • Le nom, l’emploi, la position et la classification de l’employé.
  • La période et la date de paiement.
  • Les nombres d’heures travaillées avec le taux normal et le taux majoré.
  • Les dates de congé.
  • Les différents éléments du salaire.
  • La nature et le montant des différentes cotisations.
  • La nature et le montant des accessoires de la rémunération.
  • Le montant de la prise en charge.

Le paiement

Le paiement du salaire doit être fait tous les mois. Cela ne doit surtout pas être en retard. Le défaut de paiement à la date prévue vous fait subir une amende de 450 euros ou plus par salarié. Cependant la règle de la mensualisation ne concerne pas quelques catégories professionnelles telles que les saisonniers, les intermittents, les travailleurs à domicile et les travailleurs temporaires. Le non-paiement du salaire signifie la rupture du contrat.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*