Point relais : la nouvelle poule aux œufs d’or du commerce de proximité ?

Dans un contexte où le e-commerce ne cesse de croître, les points relais sont devenus un maillon essentiel de la chaîne logistique. Mais pour les commerçants qui les hébergent, cette activité est-elle vraiment rentable ?

Le point relais, un complément d’activité séduisant sur le papier

À première vue, devenir point relais semble être une opportunité en or pour les petits commerces. L’idée est simple : proposer aux clients de récupérer leurs colis dans votre boutique, en échange d’une commission. Pour de nombreux commerçants, c’est l’occasion rêvée d’attirer une nouvelle clientèle et de générer un revenu complémentaire sans trop d’efforts.

Mais la réalité est souvent plus nuancée. Si certains points relais tirent leur épingle du jeu, d’autres peinent à rentabiliser cette activité. Frédéric Durand, gérant d’une librairie parisienne devenue point relais il y a deux ans, témoigne : « Au début, j’étais emballé. Je pensais que ça allait booster mes ventes. Mais j’ai vite déchanté. Les commissions sont faibles et la gestion des colis prend beaucoup de temps. »

La face cachée du métier : entre contraintes logistiques et faible rémunération

Derrière l’apparente simplicité du concept se cache une réalité plus complexe. Les points relais doivent faire face à de nombreuses contraintes logistiques : stockage des colis, gestion des flux, formation du personnel… Autant d’aspects qui peuvent rapidement devenir chronophages et coûteux.

La rémunération, quant à elle, est souvent jugée insuffisante par rapport au travail fourni. Selon une étude récente de la Fédération du Commerce et de la Distribution, la commission moyenne par colis oscille entre 0,30€ et 1€. Un montant qui peine à couvrir les frais engagés, notamment en termes de main-d’œuvre et d’espace de stockage.

A lire également  Nouveaux modèles économiques à connaître: le futur du business

L’impact sur l’activité principale : un couteau à double tranchant

L’un des arguments avancés par les réseaux de points relais est l’augmentation du flux de clients dans les commerces partenaires. Mais cet afflux se traduit-il réellement par une hausse du chiffre d’affaires ? Les avis sont partagés.

Sophie Leroy, gérante d’une épicerie fine à Bordeaux, a constaté une légère augmentation de sa clientèle depuis qu’elle est devenue point relais. « Certains clients viennent chercher leur colis et en profitent pour acheter quelques produits. Mais c’est loin d’être systématique », nuance-t-elle. À l’inverse, d’autres commerçants déplorent que cette activité perturbe leur cœur de métier, créant parfois des files d’attente qui découragent leur clientèle habituelle.

Les défis de la concurrence et de la saisonnalité

Le marché des points relais est aujourd’hui très concurrentiel. Avec la multiplication des acteurs, il devient de plus en plus difficile pour un commerçant de se démarquer et d’attirer un volume suffisant de colis pour rentabiliser son activité.

La saisonnalité est un autre facteur à prendre en compte. Les périodes de fêtes, comme Noël, peuvent voir le nombre de colis exploser, mettant à rude épreuve l’organisation des points relais. Jean-Marc Potier, propriétaire d’un tabac-presse à Lyon, raconte : « L’année dernière, j’ai été submergé pendant les fêtes. J’ai dû embaucher quelqu’un en renfort, ce qui a grignoté une bonne partie de mes bénéfices. »

Les évolutions du marché : vers une professionnalisation du métier ?

Face aux difficultés rencontrées par de nombreux points relais, certains acteurs du secteur plaident pour une professionnalisation du métier. L’idée serait de créer des espaces dédiés, gérés par du personnel formé spécifiquement à cette activité.

Cette évolution pourrait permettre d’améliorer la qualité du service et la rentabilité, mais elle risque aussi de mettre en difficulté les petits commerçants qui comptent sur cette activité pour compléter leurs revenus. Pierre Dubois, analyste chez Xerfi, estime que « le modèle actuel des points relais est à un tournant. Il va devoir se réinventer pour rester viable sur le long terme. »

A lire également  Les ESN et la transition vers le cloud

Quelles perspectives pour l’avenir des points relais ?

Malgré les défis, le marché des points relais continue de croître, porté par l’essor du e-commerce. De nouvelles opportunités émergent, comme la gestion des retours ou le développement de services à valeur ajoutée (emballage, personnalisation…).

Les réseaux de points relais cherchent également à innover pour améliorer la rentabilité de leurs partenaires. Certains expérimentent des modèles de rémunération plus avantageux, tandis que d’autres misent sur la technologie pour optimiser les processus.

La clé de la réussite pour les commerçants semble résider dans leur capacité à intégrer harmonieusement cette activité à leur business model. Ceux qui parviennent à créer des synergies entre leur métier principal et leur rôle de point relais tirent généralement mieux leur épingle du jeu.

Alors, est-ce rentable de devenir point relais ? La réponse n’est pas univoque. Si cette activité peut représenter une opportunité intéressante pour certains commerces, elle n’est pas la solution miracle tant vantée par certains. Comme dans tout business, la réussite dépend de nombreux facteurs : localisation, type de commerce, capacité d’adaptation… Avant de se lancer, il est crucial pour les commerçants d’évaluer soigneusement les avantages et les inconvénients, en gardant à l’esprit que le jeu en vaut la chandelle uniquement si cette activité s’inscrit dans une stratégie globale cohérente.